top of page

Solitude et migration: un cocktail empoisonné



Pour son premier show de l’an 2022, l'équipe de AMAM Radio a abordé le sujet de la solitude, celle vécue par beaucoup de migrants durant les fêtes de fin d’année.

L’invité était Pierre Sony Etoa Manga, un jeune homme venu du Cameroun qui a bien voulu partager son expérience avec notre audience.


Vivre loin de ses proches, de ses enfants, de ses parents serait difficile pour tout être humain, mais il l’est encore davantage pour un migrant résidant dans un camp pour demandeurs d’asile, où la solitude peut déclencher le sentiment d'être mal aimé. Elle peut conduire à la dépression et être néfaste pour la santé.

Des études ont montré que l'isolement social et la solitude peuvent augmenter la probabilité de mortalité jusqu'à 30%.


Pierre Sonny a révélé qu’il en était à sa troisième année à Malte, la seule où il a pu partager un repas traditionnel avec ses amis et membres de la communauté africaine qui ont décidé de se réunir pour passer la fête du Nouvel An ensemble. Il garde un souvenir amer des deux précédentes années passées au camp.


En Décembre 2021, Regine Nguini PSAILA accompagnée d’une délégation de l'Ambassade Allemande se sont rendues à l’hôpital psychiatrique de Mont Carmel afin de rendre visite à des migrants et leur apporter un peu de chaleur humaine.


Souvent, à travers des photos partagées sur les réseaux sociaux, on oublie de montrer la réalité de la migration, à commencer par le voyage en Libye mais aussi par la difficulté de s’intégrer à Malte. Ainsi, une personne non préparée aux dangers d’une immigration irrégulière est facilement sujette à la dépression.


Regardez l'épisode complet ici:







 


Loneliness and migration: a poisoned cocktail


For its first show of the year 2022, the AMAM Radio team tackled the subject of loneliness, the one experienced by many migrants during the end-of-year celebrations.

The guest was Pierre Sony Etoa Manga, a young man from Cameroon who was willing to share his experience with our audience.


Living away from loved ones, children, parents would be difficult for any human being, but it is even more difficult for a migrant living in an asylum camp where loneliness can trigger the feeling of being unloved. It can lead to depression and be harmful to health.

Studies have shown that social isolation and loneliness can increase the likelihood of mortality by up to 30%.


Pierre Sonny revealed that this was his third year in Malta, the only one where he was able to share a traditional meal with his friends and members of the African community who decided to get together to celebrate the New Year together. He has bitter memories of the previous two years in the camp.


In December 2021, Regine Nguini PSAILA accompanied by a delegation from the German Embassy went to the psychiatric hospital in Mont Carmel to visit migrants and bring them some human warmth.


Often, through photos shared on social networks, we forget to show the reality of migration, starting with the journey to Libya but also the difficulty of integrating in Malta. Thus, a person unprepared for the dangers of irregular migration is easily prone to depression.


30 views0 comments
bottom of page